SAFERSEX, le SNEG Prévention réédite son Guide

Campagnes VIH & IST : gay & friendly, Communiqués 201217 avril 2012

TASP[1], TPE[2], TROD[3], prévention combinée, charge virale indétectable, HsH[4], RDRs[5]…

L’information sur la prévention du VIH et des autres Infections sexuellement transmissibles devient de plus en plus complexe tant  les acronymes sont nombreux. Par moment, Il faudrait être docteur en médecine pour en comprendre  le sens et  l’impact sur sa santé afin de s’approprier  l’information et d’aider chacun /à se positionner face à OU à être au clair avec/ ses pratiques.

L’intérêt est qu’une personne séronégative reste séronégative et qu’une personne séropositive puisse être traitée si besoin et que quelque  soit son statut, tout le monde puisse continuer à s’épanouir sexuellement.

Nous sommes tous différents dans nos pratiques, nous n’avons pas tous les mêmes groupes de copains, nous n’appartenons pas tous aux mêmes communautés de sexe. De plus ce n’est un secret pour personne,  nous n’habitons pas tous à Paris. Pourtant, les moyens pour prendre en charge notre santé doivent être les mêmes pour tous.

De nos lits à la moiteur des backrooms, nous constatons une baisse de vigilance, une banalisation des discours de non protection sur fond d’efficacité des traitements et  une augmentation de la prise de drogues. Pourtant les dispositifs de prévention sont accessibles grâce à la mobilisation constante des exploitants, certains sont au top d’autres moins mais globalement trouver capotes, gels et informations en libre service n’est plus vraiment un problème.

En France, 40 à 50 000 personnes sont porteuses du VIH/sida sans le savoir et on compte en 2010 parmi les gays et bisexuels, près de 2500 nouvelles infections par le virus du sida. Il faut encourager les gays multipartenaires à se saisir de l’offre communautaire de dépistage rapide du VIH dans les établissements, un local associatif ou un CDAG, il faut aussi accompagner le dépistage régulier des IST. Ces dépistages réalisés de manière régulière avec un counselling personnalisé sur les délais de séroconversions et les prises de risques peuvent être un  élément décisif dans la baisse des nouvelles contaminations du VIH mais aussi des IST et des hépatites.

Ce constat de terrain amène le SNEG Prévention à publier la deuxième édition réactualisée du guide Safersex. Il sera largement diffusé par son équipe prévention notamment dans plus de 600 lieux commerciaux et il est  téléchargeable pour tous sur www.enipse.fr.  Il comporte les informations  de base sur les pratiques, les risques et les protections du VIH et des IST nécessaires  à  tout gay,  qu’il soit célibataire ou en couple.

Ce guide propose au lecteur de se faire sa propre opinion sur ses pratiques et de prendre conscience de leur conséquences réelles sur sa santé selon le principe de l’empowerment , c’est-à-dire de la prise en main par soi-même  de sa propre santé dès lors que l’on  en donne les moyens. Documenté sur le plan médical, le parti pris de ce guide est  de s’adresser au gays séropositifs ou séronégatifs ou séro-ignorants.  Il n’a pas la prétention d’être  exhaustif. Dans  cette nouvelle version, nous espérons soutenir  les gays à poursuivre leur  réflexion sur le risque pour les encourager soit dans une posture de prévention déjà ancrée, soit dans un changement individuel et collectif de comportement pour réduire leurs risques au maximum.

[1] Treatment As Prevention, le traitement comme prévention page 43 du Guide
[2] Traitement Post Exposition page 41 du Guide
[3] Test Rapide d’Orientation de Diagnostic page 40 du Guide
[4] Hommes ayant des relations Sexuelles avec d’autres Hommes
[5] Réduction des risques sexuels

Contact : 01 44 59 81 0 1
Antonio Alexandre

SAFERSEX GUIDE 2012