Plus de 150 établissements gays soutiennent l’offre de dépistage par AIDES et l’ENIPSE

Communiqués 201311 juillet 2013

AIDES et l’ENIPSE[1] (ex SNEG Prévention) sont des partenaires historiques dans la lutte contre le sida et la défense des droits des communautés LGBT. En septembre 2011, nous avons signé ensemble une convention pour promouvoir le dépistage rapide démédicalisé. Depuis 2012, une nouvelle convention pousse le partenariat un peu plus loin : formés par AIDES, les délégués de l’ENIPSE peuvent désormais intervenir aux côtés de l’association sur toutes ses actions de prévention avec offre de dépistage auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH).

Le bilan de cette première année d’intervention commune est particulièrement encourageant. En 2012, sur près de 8 400 dépistages réalisés dans le cadre des actions de AIDES auprès des HSH, 206 ont été le fait de délégués de l’ENIPSE, soit 2,5% des tests réalisés. Des tests réalisés dans des commerces, locaux associatifs, manifestations ou lieux de rencontre fréquentés par ce public.

Ce succès, AIDES et  l’ENIPSE l’attribuent aussi à la collaboration des établissements gays qui, dans toute la France, ont accueilli les acteurs des deux associations. En jouant le jeu du partenariat, ces établissements, dont la liste est en pièce jointe, ont ainsi offert à leurs clients un accès direct et facile au dépistage, ainsi qu’à une offre de santé sexuelle de qualité. Plus de 150 d’entre eux, bars, saunas, boîtes de nuit, cruising bars et sex-shop ont ouverts leurs portes à AIDES et à l’ENIPSE pour leur permettre d’agir au plus près des populations homosexuelles. AIDES et  l’ENIPSE saluent l’engagement militant de tou-te-s les gérant-e-s de ces établissements, et les en remercient.

Aujourd’hui en France, 30 000 personnes sont porteuses du VIH sans encore le savoir et les gays restent particulièrement touchés. Les chiffres 2012 du dépistage par AIDES sont parlants : 37 % des 22 925 tests ont été réalisés auprès de cette population. 1,8 % d’entre eux ont reçu un résultat positif. Parmi les hommes migrants ayant des relations homosexuelles, ce taux de dépistage positif s’élève à 2,8 %.

Briser la chaîne de contamination au VIH, c’est possible. Et le dépistage rapide est une clé décisive pour atteindre cet objectif: il permet non seulement de conserver un maximum de chances thérapeutiques, donc de préserver sa santé, mais il agit aussi sur la dynamique de l’épidémie : les personnes qui se savent séropositives pourront adapter leur stratégie de prévention, et bénéficieront d’un traitement qui, à terme, réduira de façon drastique la transmission du virus dans la communauté.

Ensemble, continuons de  tirer le meilleur profit du dépistage rapide démédicalisé, car c’est un formidable outil pour enrayer durablement l’épidémie.

Contacts presse
AIDES – Tony Fortin – 01 77 93 97 00 / 06 28 59 23 44 – tfortin@aides.org
ENIPSE – Antonio Alexandre – 01 44 59 95 12 – directeur@sneg.org

[1] le SNEG devient ENIPSE – Une nouvelle structure baptisée SNEG AND CO a été constituée en organisation professionnelle pour assurer l’activité de l’ancien pôle Syndicat du SNEG.

Liste des établissements partenaires (format PDF)
Communiqué de presse (format PDF)