«Moi je l’emballe» et «Ensemble, tous solidaires.»

Communiqués 201414 mars 2014

MoiJLemballe-2014-600L’ENIPSE a demandé à l’artiste gay Xavier Gicquel de réaliser des visuels qui renvoient aux diversités de notre communauté.

« Moi, je l’emballe » : Toujours et encore l’ENIPSE recommande l’utilisation du préservatif dans le cadre des rencontres occasionnelles ainsi que le dialogue et la négociation entre partenaires stables de même statut sérologique qui souhaitent abandonner le préservatif dans leur sexualité de couple.

 

« Ensemble, tous solidaires. » : L’ENIPSE a demandé à l’artiste gay Xavier Gicquel de réaliser une fresque de 16 personnages qui représente la communauté LGBT dans sa diversité comme nous l’aimons. Une communauté qui peut être forte lorsqu’elle se rassemble autour de préoccupations communes et reste ouverte sur la société en jouant pleinement son rôle de citoyenneté.

Depuis 3 décennies, la communauté a acquis des droits citoyens, fruit d’un combat militant difficile, mais résolu. Ce combat fut d’abord basé sur le droit de pouvoir vivre notre différence en toute égalité dans la société, et rapidement il a été lié avec celui de la survie autour de la lutte contre le sida, touchant tant des nôtres.

ensemble-tous-solidaires-2014-600Si nous vivons aujourd’hui une époque où de nombreux gays ne se reconnaissent pas dans le concept de communauté, en tout cas, de communauté fermée, on ne peut ignorer notre responsabilité les uns envers les autres, car nous faisons partie d’une population toujours aussi touchée où les nouvelles contaminations dans la population homosexuelle représentent près de 48%, et une prévalence de personnes vivant avec le VIH évaluée à environ 18%.

Nous avons tous une coresponsabilité dans ces chiffres séropositifs comme séronégatifs et nous pouvons inverser la tendance – dépistages, traitements, préservatifs, questionnements autour de la banalisation des prises de risque…

Après 20 ans d’existence, Le SNEG veut croire au pouvoir de la solidarité et du soutien entre pairs. Les jeunes homosexuels doivent toujours dépasser le stade de « l’anormalité » renvoyée par la société pour construire leur identité et accepter leur orientation sexuelle. Encore trop d’entre nous, quelque soit leur âge et leur condition sociale, subissent des discriminations. Tout cela n’est pas sans impact sur notre santé globale et peut fragiliser notre estime de soi et notre capacité à prendre soin de soi.

La violence à notre égard reste une réalité, mais ce n’est pas une fatalité, nous avons la force d’y faire face.

Ensemble on peut faire la différence pour une santé gaie solidaire, sans rejet de nos propres différences qu’elles soient physiques, sociales, sérologiques, militantes…

Nos différences constituent notre richesse et notre capacité à prendre soin les uns des autres, à nous battre pour nos droits légitimes et à faire avancer la société.