Tribu Move : L’ENIPSE se mobilise toute l’année

A la une, Communiqués 2018, Presse7 novembre 2018

L’ENIPSE (Équipe Nationale d’Intervention en Prévention et Santé pour les Entreprises) est l’ancienne association historique le SNEG, créée en 1990.

À l’occasion de la 30èmeJournée mondiale de lutte contre le Sida, samedi 1erDécembre, dont le mot d’ordre international est « Connaître son statut »,Antonio Alexandre (directeur national de l’ENIPSE)fait un point complet sur leurs prochaines actions menées sur le terrain, ainsi que leurs objectifs et projets pour l’année prochaine.

Du 26 Novembre au 1erDécembre, l’ENIPSE distribuera un sac « Faisons De Paris La Ville De L’Amour Sans Sida » contenant un autotest VIH, des préservatifs et de la documentation sur le dépistage, la prévention et la santé sexuelle.

 

En quoi le 1erDécembre est-il une journée de mobilisation importante ? 

Cette journée de mobilisation de l’ensemble des associations et des pouvoirs publics existe depuis 1988. Elle a été instaurée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et approuvée par l’Assemblée générale des Nations Unies. C’est le ruban rouge, que chacun connaît, qui symbolise l’engagement et le soutien à la lutte contre le Sida. Au-delà, c’est aussi la solidarité avec toutes les personnes touchées en France et dans le monde. C’est aussi un moment de mémoire et de souvenir de toutes les personnes décédées de la maladie, qui touche certains groupes de population plus vulnérables ou plus exposés avec des personnes vivant avec le VIH toujours confrontées à d’importantes discriminations dans de nombreux domaines de leur vie sociale et affective. Chaque année à Paris, Act Up-Paris organise la marche du 1erDécembre. Évidemment tout cela semble bien loin pour les nouvelles générations et l’engagement disparaît… On voit l’épuisement des « anciens » et les difficultés de recrutement dans nos associations de personnes plus jeunes qui s’engagent, au-delà du simple salariat.

Avez-vous prévu des actions particulières cette année ?

Une structure comme l’ENIPSE, avec son équipe, est mobilisée toute l’année à travers un planning d’actions. Normal me direz-vous, nous sommes financés pour cela ! Nous déposons donc des projets auprès des pouvoirs publics comme d’autres associations. Mais c’est aussi un engagement de la part de nos salariés, des bénévoles et de l’ensemble des établissements gays ou friendly. Car, au final, c’est eux qui nous accueillent chaque jour afin que nous puissions intervenir auprès de leur clientèle. Cette année encore, lors de cette journée, nous soutiendrons les initiatives de collecte au profit de Sidaction partout où elles auront lieu en France, nous participerons aussi aux différentes actions de promotion et d’incitation aux dépistages du VIH et des IST. Par ailleurs, c’est aussi une année de transition en matière de prévention : la palette d’outils pour se protéger et se soigner n’a jamais été aussi importante ! C’est à chacun de s’en saisir pour briser les chaînes de transmission du VIH, des hépatites et des autres IST.

Quels seront vos prochains combats en 2019 ?

En cette fin d’année, il y a trois projets que nous développons et qui vont finir de se déployer en 2019. La création d’un réseau santé mentale et sexuelle coordonné par David Friboulet (psychanalyste, psychothérapeute et sexologue) avec la mise en place de permanences de psychothérapeutes dans les lieux commerciaux. L’idée de ce projet pilote est de tisser un réseau psy LGBT friendly national afin d’apporter un soutien adapté à la réalité psycho-affective de nos publics : solitude, homophobie, isolement affectif, mal-être, prise de risque sexuelle avec ou sans produits et enfin le vieillissement. Ce sera opérationnel sur Paris, Lyon, Rennes, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Montpellier et bientôt Nice et Rouen. Ces actions sont parfois complexes à mettre en place dans les lieux commerciaux, mais là encore, nous remercions l’engagement des exploitants partenaires. Parler de santé mentale peut faire peur, alors qu’une bonne santé psychique et sexuelle permet un bon épanouissement des personnes ! En effet, nous sommes persuadés que la question de la santé psychique des personnes LGBTQI+ doit faire l’objet d’une attention particulière afin de soutenir leur construction personnelle dans un environnement souvent très hostile. Hélas, la multiplication des agressions homophobes dans un grand nombre de villes de France est inquiétante ! Nous devons y répondre collectivement, soutenir SOS Homophobie et mobiliser les pouvoirs publics : Éducation Nationale, Préfectures, Conseils régionaux et mairies. La ville de Paris mobilise l’ensemble des acteurs en ce sens, après son soutien aux Gay Games en Août dernier.

Y a-t-il un autre projet qui vous tient à cœur ?

Oui, « Tomber La Culotte » : une brochure pour augmenter les pratiques préventives, le recours aux dépistages et au suivi de santé sexuelle chez les femmes ayant des rapports sexuels avec d’autres femmes sur le territoire national. La coordination de ce projet a été confiée à Coraline Delebarre (psychologue et sexologue) et Clotilde Gegnon (formatrice). Elles animent un collectif de plus d’une dizaine d’associations lesbiennes ou qui travaille sur les besoins spécifiques de la santé des femmes autour de la réalisation de cette brochure. Nous espérons lancer ce projet en Janvier, à l’occasion d’une belle soirée afin de remercier nos partenaires associatifs.

Quelles seront vos prochaines actions ?

Nous développons de nombreuses actions d’approches complémentaires de santé comme la sophrologie, la méditation de pleine conscience, la communication relationnelle… Elles ont comme objectif de contribuer à améliorerle parcours de santé des personnes souffrant de pathologies chroniques : empowerment et qualité de la relation soignant/patient et aidant.  Finalement, ce qui ressort de ces actions expérimentales, notamment en PACA et à Paris, c’est que ces approches complémentaires ont apporté aux patients une amélioration de leur qualité de vie et aux soignants une modification des pratiques professionnelles.

Pour le 1erDécembre, votre opération « Faisons De Paris La Ville De L’Amour Sans Sida » est un message fort, optimiste et positif ! 

Absolument ! À l’occasion de la 30èmeJournée mondiale de lutte contre le Sida, dont le mot d’ordre international est « Connaître son statut », la Mairie de Paris, l’Agence régionale de santé (délégation départementale de Paris) et l’association Vers Paris Sans Sida proposent aux acteurs locaux de promouvoir un message commun autour du dépistage du VIH. Un dépistage qui doit être simple, répété, fréquent, banalisé… et, le cas échéant, le plus précoce possible ! Grâce à cette initiative à Paris, l’ENIPSE et l’ensemble des associations sont engagés. Du 26 Novembre au 1erDécembre, nous distribuerons un kit commun valorisant le dépistage sous toutes ses formes et les modes de protection dans leur diversité : un sac « Faisons De Paris La Ville De L’Amour Sans Sida » contenant un autotest VIH, des préservatifs, de la documentation Santé Publique France sur le dépistage et un dépliant valorisant l’offre parisienne de prévention, dépistage et santé sexuelle (dont la PrEP et le message : « VIH indétectable = zéro transmission »).

 

 

Propos recueillis par Patrick Declein

Photographies : Laurent Lothare Dambreville & D.R.

Sites Internet :www.enipse.frwww.facebook.com/enipse.

 

Télécharger le fichier PDF